Avertir le modérateur

28/11/2007

trouvaille

Le secret est d'avoir, chaque jour une petite trouvaille, une nouvelle astuce, histoire de retirer un peu de mérite et de satisfaction d'une journée infame.
 
Jeudi 15:
Je suis à gare du Nord, et je veux prendre la ligne C. deux choix s'offrent à moi: la 4, vers  chatelet, puis la 14 (automatique) et Bibliothèque. OU la 5 et arrivée à Austerlitz. (mais la 5 risque d'être très galère..)
Mais en descendant dans la gare, une foule s'amasse devant les "tourniquets" pour la 4 et ne semble même pas avancer. je vais donc vers  la 5. le quai est surpeuplé, je me trouve donc une petite place derrière une jeune femme, non loin des rails. Le panneau n'indique, rien, la "voix" non plus..On se scrute entres quais. des dizaines de minutes passent, quand la voix se fait entendre et annonce un train à porte de clignancourt. ( qui va donc descendre bientot à gare du nord, et poursuivre vers chatelet..) je cède donc ma place de quais à un petit couple de vieux qui se faisaient préssants derrière moi et fonce vers la 4. arrivé vers celle-ci, le quai vers clignancourt est libre d' accès, mais les gens sont amassés aux marches qui permettent de passer sous les voies, et donc d'accéder au quai pour porte d'orléans. Je suis désemparé. Même plus le courage de retourner sur la 5. de toute facon on m'a piqué ma place. je déambule donc sur le quai de la 4 direction porte de clignancourt, et ce n'est pas ma direction. je vois en face des agents ratp, des policiers et meme des militaires. L'entrée est donc filtrée. Pas le courage de faire la queue dans un petit couloir, d'une grande gare souterraine, noire de monde. je calcul l'itinéraire à pied, regarde même avec dégout les quelques petits mètres qui me séparent du quai d'en face, ces petits mètres de rien du tout..éléctrifiés. Et ce foutu metro qui ne va pas tarder. Perdu dans mes pensées, j'ai marché tout le long du quai, et me trouve face à des marches qui montent, avec au-dessus de moi un petit sens interdit, m'invitant à ne pas les monter. Ne connaissant pas la gare, j'ai du mal sur le moment, à comprendre où ce chemin peut bien mener. Mais n'ayant rien à perdre ( à part mon temps..) je monte, me retrouve à un croisement de couloirs, vide, des "tourniquets" débloqués, je les passe, des marches qui redescendent, un couloir avec quelques policiers et les militaires de tout à l'heure, on ne me dit rien, et à gauche le quai tant désiré. deux minutes plus tard, je suis collé à la vitre de mon metro. mais à l'interieur.
 
C'était si simple que ca. Morale du Jeudi: ne pas suivre le troupeau.

26/11/2007

Grève infernale…

A intervalle de trois minutes, à défaut d’entendre le son bringuebalant d’une rame de métro à l’approche, ce que l’on entend en ce moment dans les stations, c’est le mot « infernal… ».
Infernale, cette situation qui suscite la pénurie de transport en communs. Réveil obligé à 6h15, j’hésite entre l’équipement excursion Himalaya chaussures triple couches et protection antiparasites ou ma tenue course roller. Objectif : optimisation de l’espace. Je choisi la tenue dans laquelle je prends le moins de place.
Infernales l’arrivée à la station de métro et la première heure d’attente pour voir finalement arriver une rame. Bienvenue dans l’antichambre de l’enfer parisien : vision horrifiée des wagons qui regorgent de voyageurs dont on distingue mal les visages écrasés sur les vitres embuées. La dimension humaine que l’on aurait pu accorder au concept de transport en commun perd soudainement tout son sens. L’instinct de survie refait surface en chacun. Adieu éducation, politesse et civilités.
Vous souhaitez monter à bord, oubliez: les gens qui attendent à côté de vous (et souvent ceux arrivés en dernier) vous bousculent pour passer. Vous souhaitez sortir, oubliez : les gens à coté de vous ne souhaitent pas perdre leur place en risquant la sortie momentanée. C’est la loi du plus fort. Les stratégies s’opèrent. Je ne peux pas miser sur un physique imposant, mais j’ai trouvé la place stratégique à l’angle parfait d’ouverture des portes qui évitera toute tentative de dépassement par la droite ou la gauche.
Je me retrouve coincée près d’une dame âgée qui a plutôt l’air de prendre cette situation avec humour. Elle est enjouée et remarquable parmi les visages tendus et fermés des autres voyageurs. Elle pense que ce sera une belle journée pour les pickpockets. Elle m’explique qu’elle doit se rendre à l’hôpital pour une opération de la jambe. Une personne l’accompagne. Son mari est également dans le wagon mais plus éloigné. Plusieurs stations défilent et toujours la même cohue. Soudain une voix lisse et policée sortant des haut-parleurs nous averti : « mesdames, messieurs, nous vous rappelons que la priorité est à la descente ». Quelle priorité ?
A l’arrêt suivant, la dame âgée descend. Après quelques avertissements pour  laisser le passage, une petite frayeur avec sa canne coincée dans la marche, elle s’en sort indemne, mais sans son mari. On entend alors des cris du quai : « René descends ! Descends René ! C’est ici ! ». En vain… René est dur de la feuille. Mais c’est sans compter l’efficacité du groupe qui opère en quelques secondes : le papi un peu tourneboulé, se retrouve illico presto sur le quai grâce à l’aide certes pressante mais optimale du groupe de voyageurs.
Dans cet enfer, les esprits absents sont les rois. Situation improbable dans cette situation inconfortable : respiration retenue, serrage de fesses, jambes qui vacillent, mains endolories et   corps désarticulé, certains trouvent le moyen de poursuivre tranquillement leur lecture.
Après une correspondance et une nouvelle heure d’attente, j’arrive sur mon lieu de travail. Il est 10h45, c’est mon premier jour. La suite est une autre histoire qui se poursuivra dans le bureau de mon responsable.
Un enfer où les plus méritants seront sans doute les conducteurs ayant travaillé pendant la grève. Méritants pour avoir évité quelques accidents pour nous usagers, allant même jusqu’à nous accueillir dans leur cabine ; méritants pour se confronter à leur collègues grévistes.

Marine S.

23/11/2007

Marche ou Grève...

«La grève, ça ne m'arrange pas. Déjà, la semaine dernière, j'ai du faire une heure de marche par jour alors que j'ai pour principe de ne faire du sport que sur Wii. En plus, ce week end, je devais fêter mon anniversaire (je ne vous dirai pas quel âge j'ai, on ne demande pas son âge à une dame!) mais, les deux tiers de mes amis se déplacent en transports en commun... donc la "méga teuf" s'est transformée en dîner intime... J'attendais aussi plusieurs contrats par courrier. Arfh, grève de la poste, je n'ai toujours pas reçu mes contrats. Ce ne sera pas pour cette semaine...»

Pour lire la suite cliquez ici 

22/11/2007

Lettre à la RATP

Je t'écris par désespoir, car depuis plus d'une semaine, tu adoptes une attitude évasive à mon égard. En effet, lorsque je tente de t'approcher, tu es souvent absent, ou parfois même complètement fermé.

Nos relations ont toujours été très cordiales et n'ont jamais souffert que de petits rendez-vous manqués, lorsque je t'attendais et que tu apparaissait quelques minutes en retard, ou que subitement, un incident t'empêchait de me rejoindre. Fidèle à tes services, je t'ai donné toute ma confiance en souscrivant aux abonnements que tu m'a proposé : accord commun dans lequel tu t'engages à me laisser "effectuer librement un nombre de déplacements illimité sur les zones correspondant à mon abonnement" (http://ratp.fr/). Inutile de préciser que sur cet aspect, je suis quelque peu déçu, car mes déplacements illimités sont désormais bien plus que limités.

Une solution peut-elle être trouvée pour palier à cette déception ? Etant satisfait de tes prestations antérieures, je me dois d'être indulgent, mais sache que néanmoins mon indulgence n'est que temporaire. 286,40 euros pour un an sont-ils justifiés si tu ne remplis plus ta mission?

Je te laisse y réflechir et espère, vivement, pouvoir reprendre une relation honnête et durable avec toi très prochainement.

Cordialement,

Charles.

Info en grève?

Depuis le début de cette grève, la presse informe que sur la ligne 13, il y a 1 train sur 10, 1 train sur 8, 1 train sur 5, 1 train sur 4 voir 1 train sur 3... Je prends la 13 au terminus Asnières-Gennevilliers... quelque soit le ratio annoncé le matin la grille est fermée. Le soir je rentre à pied en passant par la porte de clichy. Je jette un oeil, à la porte de clichy : grille fermée

a la mairie de clichy: grille fermée... A la RATP, ils ne font pas les choses à moitié, quand ils font grève même l'info est en grève.
Pourtant, malgré nos emm..., on veut juste être informé.

Mon coup de gueule contre les grèves

Ça y est, je trouve 5 minutes pour pousser mon coup de gueule contre les grèves. J’ai de la chance de ne pas dépendre des transports en commun mais tout ça me prend la tête quand même. Je trouve que je perds déjà tellement de temps dans ma voiture tous les jours que cela ne me fait pas plaisir de voir ce temps doubler.

Certains diront «Prends le RER!» Malheureusement, il fut une période où  je passais beaucoup à la télé moi aussi et aujourd’hui, sans prétention aucune, il m’arrive d’être abordée dans la rue. Les gens ne sont jamais agressifs mais tellement lourds! De plus, aujourd’hui je ne tourne plus de films depuis 7 ans mais on peut toujours me voir sur Ciné cinéma ou d’autres chaines qui diffusent des films pour adultes. Mon image d’actrice me colle à la peau même si je suis passé à autre chose. Maintenant je m’occupe des autres actrices, et j’en oublie que j’ai fait ce dur métier moi aussi. Bon et bien je crois que je vais rentrer, je suis encore au bureau et il est déjà 21h…

Dolly Golden, ancienne actrice de films X (pour lire son tout nouveau blog, cliquez ici)

Photo des réparations

Voici une photo, de mauvaise qualité, mais apparemment
dure à trouver, des réparations sur le km 107 de la
ligne TGV Bordeaux-Paris (près de Montfaucon)

Alban

426c4ccb3f0b4688ada26f9f7a4e4dcb.jpg

 

Libérez le trafic!

Aujourd’hui 21 novembre, c’est le 8ème jour de grève; et nous sommes sans bonnes nouvelles des usagers de la SNCF que sont les Mathieu, Annabelle, Ingrid, Thierry, Remi, Olivier, Théo, pris en otage par une infime partie du monde du travail qui paralyse la France entière et son économie. Certes, les Jean, Eléonore, Robert, Oscar, Michel, Eliane ont pris leurs dispositions automobiles, covoiturage, nuit d’hôtel… Echappant ainsi aux filets rouges et jaunes des Sud Rail et autre CGT… Mais à quel prix pour l’environnement, voilà que ces mêmes partenaires sociaux présents, il y a si peu de temps, à la table du Grenelle de l’Environnement se permettent de provoquer des augmentations de oxyde d’azote, de dioxyde de carbone. Quelle abomination!

Mais ayons solennellement, une pensée pour ses usagers qui se lèvent tôt, détenus prisonniers des syndicats, chantres de ce terrorisme social, qu’ils imposent à tous.  Ah! Non! Messieurs les syndicalistes les usagers ne sont pas une monnaie d’échange et ils réclament le droit d’être non négociable.

Alors libérez les tous!

Libérez le trafic ferroviaire!

Jérôme

Perturbé ou littéralement fermé?

Huit jours qu'on nous parle des lignes A et B du RER comme étant fortement perturbées... Hum, j'habite Cachan et je constate que pour le RER B, les gares sont littéralement fermées depuis 8 jours. Aussi, n'ayons pas peur des mots et disons le franchement, du moins pour la ligne B: Ce RER n'est plus en service pour une durée encore indéterminée.
 
M'enfin !
 
Ah oui, au fait, qu'en est-il des dédommagements prévus par le STIF pour les détenteurs de Carte Orange et autre Carte Intégrale?
 
BaZ

28ca3fb681974d588f3e8c932350c158.jpg

 

21/11/2007

Une question pour la direction de la RATP

Une interrogation après 8 jours de grèves dans les transport.

A mon voisin chauffeur à la RATP, je disais hier:

- Elle va finir par vous coûter cher cette grève!

Ce à quoi il me répondait

- Pas du tout, rien du tout, ça va être décompté sur nos congés, et lorsque je voudrai récupérer ces jours pour partir en vacances, je demanderai un arrêt maladie, alors la grève, on peux la faire encore longtemps...

J'aimerais les directions de la RAPT et de la SNCF expliquent aux usagés qui galèrent depuis 8 jours pourquoi encore de tels avantages.

Merci d'avance.

LM

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu