Avertir le modérateur

19/11/2007

Photo de régulation

Entre 18h30 et 19h50, en voulant me rendre à Châtelet. Des agents de la RATP effectuent une régulation de l'accès aux quais de la ligne 1, au terminus de La Défense.

Christophe

Une mêlée dans le métro

Dans le privé aussi

Je tiens moi aussi à réagir et à apporter mon commentaire au sujet des ces grèves et de ces grévistes qui tiennent coûte que coûte à leurs acquis. Quand ils nous parlent de leur travail en horaire décalé, j'ai l'impression qu'ils pensent que tout le monde dans le secteur privé travaille à la "journée"!

Savent-ils ces Messieurs que ce qu'ils appellent horaire décalé correspond dans le privé a travail en équipe? Que ce soit horaire en 4x8 ou en 5x8, ces rythmes obligent les personnes à aussi travailler les week-ends (dimanches inclus bien sûr), mais aussi les jours fériés ainsi que les nuits.

Et nous sommes donc des milliers voire peut-être des millions à travailler ainsi, notamment dans les usines. J'ai moi-même travaillé ainsi pendant presque 30 ans. À cause de cela ma santé s'est altérée et j'ai été obligé par la médecine du travail à pratiquer un horaire de jour. J'ai eu 3 enfants et je peux vous dire que rares sont les Noëls ou j'ai pu être a la maison avec eux. Les nuits que j'ai passées a mon travail se comptent en mois même en années.

Tout ceci pour faire remarquer a ces Messieurs qu'ils ne sont pas les seuls dans ce cas et que revoir ces régimes spéciaux est une juste mesure au nom de l'égalité.

AC

Des enfants qui piquent une colère

Ca m'a fait bien plaisir de voir des travailleurs du privé faire grève dimanche à Paris. Je ne suis pas contre le droit de grève, ni le fait que des fonctionnaires fassent grèves, chaque métier à ses propres contraintes. Mais la grève est le résultat d'une situation bloquée. On négocie et après on fait grève en cas d'échec. On dirait des enfants qui piquent une colère en tapant du pied par terre avant même que les parents aient pu répondrent.
 
La grève de dimanche m'a prouvé que l'autre France en avait marre de ces grèves à répétition. Je vous propose, à nous travailleurs du privé, de faire grève à notre façon : prendre les trains de la SNCF sans prendre de billets. Soyns réalistes à moins de sauter par dessus les barrières, ce n'est pas possible dans le métro ni RER. Mais imaginez, un jour de départ en vacances (Noël et les pistes de ski arrivent), les trains sont blindés, mais personne de prend la peine de payer son billet : c'est la grève du voyager. Logistiquement, il serait impossible de verbaliser tout le monde, et ce serait une perte énorme pour la SNCF. Ils ne doivent pas oublier que le client est roi, et le client, c'est nous.
 
Une autre remarque, la grève touche toute la france. 
Il ne faut pas oublier que Paris, c'est pas la France, c'est juste une ville. Si à Paris, il y a les vélo, le co-voiturage et autres solutions, imaginez par chez moi, à la campagne. Il y à des salariés qui prennent le train tous les jours pour faire les 30 ou 40km qui les séparent du travail. Pourquoi pas prendre la voiture alors? Vous avez vu le prix de l'essence? Alors que la SNCF à mis en place un abonnement travail? Le co-voiturage? Vous savez, quand vous habitez dans un petit village ou les  routes ne sont pas toujours déneigées, c'est rare d'avoir un collègue vivant à côté. Ne parlons même pas des étudiants dont les facs sont ouvertes, mais qui ne peuvent pas y aller à cause des grèves. Leur faire louper une année, et perdre l'argent de l'inscription, ça dérange pas nos cheminots!!!
 
J'arrête là, parce que je pourrais continuer longtemps.
 
Caro.

Salarié SNCF, je ne fais pas la grève

Salarié SNCF depuis 6 ans. 1800 € net. 37h / sem. 28 jours de congés et 10 de RTT par an. Week-ends et jours fériés libres. Informaticien. Non syndiqué. Non gréviste. Pas droit à la 2nde classe.

1ERE remarque sur le terme de cheminot: je considère ce mot comme vieillot et ne correspondant plus à la réalité. Le personnel de la SNCF (entreprise et non administration) est composé de salariés. Ces salariés ne passent pas de concours (système de recrutement exclusivement réservé aux fonctionnaires) et signent un contrat de travail comme tout à chacun avec la possibilité de l'interrompre soit par une démission soit par un licenciement (c'est déjà arrivé).

2EME remarque sur le comité d'entreprise (CE): à la SNCF il n'y a pas qu'un CE mais plusieurs.  A savoir 1 par région (découpage propre à l'entreprise différent du découpage administratif) et d'autres pour ce que l'on appelle les directions centrales (entités non régionales). Il existe des disparités entre chaque CE, certains proposent moins d'activités ou de réductions ou de loisirs que d'autres.

3EME remarque sur les privilèges: sérieusement, vous croyez tout ce que l'on vous dit  Depuis que je suis entré dans l'entreprise, je les cherche encore…

4EME remarque sur la gratuité: sachez que rien n'est totalement gratuit dans la vie. La gratuité est réelle lorsque la réservation n'est pas obligatoire. Dans les autres cas, les TGV principalement, la gratuité est possible 8 trajets par an. A savoir qu'un aller/retour compte pour 2 trajets. Un trajet avec 1 changement, donc 2 trains, compte aussi pour 2 trajets. C'est vrai, on est exempté du prix du billet en lui-même mais pas de la réservation même minime. Ne dîtes pas que tout est TOTALEMENT gratuit, ce n'est pas vrai.

5EME remarque sur ce régime spécial: en ce qui me concerne, partir à 55 ans ne m'intéresse pas du tout, je n'aurais cotisé que 27 ans, et c'est pas les 3 ans travaillés avant qui vont compenser. Partir d'office m'inquiète quant à la suite de ma carrière: allez trouver un travail à cet âge… Moi aussi, j'ai le droit de réunir les conditions pour partir à la retraite même si ça se fera à 70 ans.

6EME remarque sur la pénibilité du travail: je ne suis pas concerné mais je peux témoigner car je connais un conducteur. Semaine décousue, dormir le jour, travailler la nuit, 3 enfants dont les vacances scolaires ne collent pas avec ces congés qu'il ne peut pas toujours prendre quand il le souhaite. Des voyageurs agressifs et certains malintentionnés aussi bien vis-à-vis de lui que du matériel. Il ne fait pas tout le temps grève car la famille est là pour lui rappeler qu'il ne vit pas seul. J'ajoute que ces jours de grève ne lui ont jamais été payés, conformément au droit du travail en vigueur (il n’était pas encore entré à la SNCF en 1995).

7EME remarque sur les jours de grève : juste pour vous dire qu'une journée de grève de 8h a pour conséquence une retenue de salaire de 24h. Ce qui fait qu'au bout d'environ 3 semaines, le salarié doit de l'argent à l'entreprise. Ca aussi, c'est une réalité. D'où la situation exceptionnelle de 1995, où la direction a dû soit étaler les retenues sur salaire soit ne pas compter tous les jours de grève comme des jours de grève pour ne pas que le salarié se retrouve dans une situation difficile.

8EME remarque sur la cause du problème : comprenez bien que le problème n'est pas la situation d'emploi actuellement mais la situation que va connaître le salarié SNCF à la retraite. Actuellement, si la réforme passe telle quelle, le montant va diminuer d'environ de 30% (exemple, pour moi cela représente entre 300 et 400 euros par mois en moins), et donc pour nombreux d'entre nous (qui sommes entrés entre 25 et 30 ans), une retraite brute équivalente au SMIC, sans complémentaire bien évidemment.

9EME remarque sur le service minimum: vous devez juste retenir que les grèves ne représentent que 2 à 3 % de l'ensemble des perturbations du trafic. Le reste c'est du problème matériel, des signales d'alarme injustifiés, des suicides, des arbres sur les voix, des occupations de voies par des éléments externes, des caténaires qui cèdent, du vandalisme, etc… La SNCF c'est plus de 14 000 trains par jour, donc une gestion du trafic rigoureuse. Même les futures compagnies privées attendues en 2010 devront aussi faire face aux aléas et impondérables.

10EME remarque sur les idées reçues : je désespère. Constamment se battre pour démentir toutes les rumeurs et les idées reçues qui circulent sans cesse sur le net ou dans les médias devient lassant. J'ai l'impression de me battre contre des fantômes. Ne les écoutez pas et contentez-vous de ne parler que de ce que vous connaissez.

11EME remarque sur les comparaisons hasardeuses: non, quand un gréviste se plaint de son travail, il ne veut pas dire qu'il est le seul à avoir un travail pénible, mais il est le seul à le faire remarquer. Quoique. Maintenant, les gendarmes, les pompiers ou les policiers commencent à parler et ils ont bien raison. Tout le monde a le droit de s'exprimer. Nous ne demandons pas de la pitié ni de la compassion mais un minimum de compréhension.

12EME remarque sur les revenus des dirigeants: le PDG de la SNCF, en l'occurrence Anne-Marie Idrac, perçoit environ 15 000 euros par mois, sans parachute, sans stock-options. Vous avouerez que l'on est loin des millions des autres dirigeants. Cette entreprise fait pourtant partie des plus grandes: le groupe SNCF est présent dans le monde, a un effectif important et le montant de son chiffre d'affaire se monte à plus de 20 milliards par an.

13EME remarque sur la dangerosité: certains avancent l'argument comme quoi il y a des métiers pénibles dus au climat et la mise en danger notamment. D'abord, le personnel qui intervient sur les voies quelque soit le temps n'a pas le luxe de pouvoir s'abriter des précipitations ou des températures. Deuxièmement, des salariés sont déjà morts dans l'exercice de leur fonction et ça c'est une réalité à ne pas négliger.

14EME sur l'entreprise: vous devez absolument franchir un cap en considérant que la SNCF n'est pas une administration mais bien une entreprise, certes dite "publique", mais à caractère industriel et commercial (EPIC). De ce fait, elle peut tout a fait développer sa compétitivité et sa rentabilité et réaliser sans rougir des bénéfices depuis 5 ans, et cela ne va pas s'arrêter maintenant. Pour ceux qui contestent ce fait, ils doivent savoir qu'il y une année où on nous a versé une prime exceptionnel sur les bénéfices, et au mois d'octobre, une 1ère partie de prime également pour les mêmes raisons, qui sera complétée en janvier lors de la confirmation des résultats.

15EME remarque sur la privatisation: oui, privatisons et l'on verra si les actionnaires, qui seront sûrement étrangers, vont perdre leurs dividendes dans la sécurité. Je vous conseille de vous préparer à voyager en cotte de mailles et des coussins gonflables des pieds à la tête ! N'oubliez pas également de bonnes chaussures de marche, le temps que la justice détermine les responsabilités en cas d'accident.

16EME remarque sur ma situation personnelle: étant en direction centrale, je ne peux récupérer des jours fériés qui tombent un dimanche, mes heures supplémentaires ne sont pas comptées et je ne suis pas cadre.

17EME remarque sur les finances: les seules ressources que perçoit la SNCF de l'Etat correspondent à une compensation de par la loi, pour combler le manque à gagner sur les tarifs sociaux. Cette compensation s'élève environ à 500 millions d'euros par an. Le reste n'est que idées reçues. Pas de subvention. De toute façon, l'Europe interdit cette pratique, l'Etat et l'entreprise seraient sanctionnés pour concurrence déloyale. Nos salaires sont entièrement payés par le chiffre d'affaire donc par les clients (vous, mais aussi des entreprises clientes). On ne vous doit rien et on n'a aucun compte à vous rendre sur la bonne santé financière de notre entreprise.

16/11/2007

Dans les couloirs bondés de Châtelet

La ligne 14 fonctionne, je monte à Madeleine et descends à Châtelet. Là, c’est la cohue. Des vigiles bloquent l’accès aux couloirs, réorientent les voyageurs pour qu’ils ressortent et prennent leurs correspondances dans une autre station. Des appels retentissent pour les usagers de la ligne 1: ils doivent rester dans les wagons, ils ne pourront pas sortir à Châtelet.

C.L. 

Salariés du privé, montrons que nous on travaille

Salariés du privé: exposez vos avantages dans votre travail. Montrons que nous, on travaille pour le pays! Et seulement en contrepartie de notre salaire du mois!
 
Comme chaque fois qu'il y a grève des transports, on a droit au discours formaté CGT CFDT des cheminots qui nous feraient presque croire qu'ils ont acquis leurs avantages au péril de leur vie. D'ailleurs s'ils défendent avec autant d'ardeur leur régime spécial c'est bien parce qu'il est super bon: que des avantages, aucune contrepartie pour l'entreprise.

J'invite les cheminots à étendre leurs connaissances à d'autres métiers car visiblement certains auront un choc en découvrant que finalement ils ne sont pas les seuls à travailler les dimanches, les jours fériés, le 24 décembre au soir. Et, oh consternation pour un cégétiste de cheminot, j'avoue avoir travaillé des 1er mai! C'est pourquoi je resterai anonyme car je suis activement recherché mort ou vif.
 
Anti-gréviste, usagers en colère... montrez à ces fonctionnariens ce qu'est la vraie vie en faisant comme eux, en détaillant la liste de vos avantages et de vos pénibilités au travail. Certes on ne trouvera pas autant de pénibilités dans nos fonctions que ces pro des "arrêts maladie" pour une légère migraine qui n'est autre que somatique.

SNCF RATP gardez votre régime spécial après tout. Mais payez-vous le tout seul, ne comptez plus sur les salariés du privé que vous emmerdez et qui doivent se rendre au travail à pied (5 h de marche perso aller-retour), à vélo (à Paris, c'est un miracle qu'il n'y ait eu qu'un accident mortel mais combien d'accidents avec blessé par votre faute et votre inconscience?) ou en voiture (si vous voulez qu'on soit solidaire avec vous, plutôt que de distribuer des tracts aux usagers, donnez leur 60 euros pour se payer l'essence!).

ALEXIS

Gratuité

Au lieu de paralyser toute la France en ne faisant pas circuler les trains et ainsi bloquer tout le monde, pourquoi ne pas simplement instaurer la gratuité des trains pour tout le monde et ainsi mobiliser les patrons (perte énorme au niveau de la direction). Ainsi, tout le monde serait content, les grévistes et les usagés.
 
Jérôme

Une classe de 20 à 30 gamins attend sur le quai

9h05 Station Belleville. Le métro entre dans la station, une clameur enfantine s’élève: une classe de 20 à 30 gamins d’environ 10 ans attend sur le quai avec sa maîtresse de pouvoir entrer dans la rame bondée. Il faut être fou pour vouloir faire prendre le métro à des enfants un jour de grève.

Plus que pénible

Comme malheureusement beaucoup de personne, me semble-t-il, je continue à trouver l'action des cheminots plus que pénible. Pour être brève, mon fils interne à Bourges devrait rentrer ce soir par le train pour Orléans où nous habitons mais à quelle heure sera-t-il en week-end? Et lundi matin, sommes-nous certain qu'il pourra repartir étudier?

Les cheminots ont "raison" de ne penser qu'à "LEURS" privilèges mais surtout qu'ils n'hésitent pas à déranger le reste de la France... il serait dommage de s'en priver.

Il est vrai que nous salariés du public n'avons pas de travail "pénible" , les cycles 3/8 et 4/8 entre autres sont des "vraies croisières", il est bien connu que les salariés qui travaillent, par exemple, dans les fonderies ont des locaux climatisés et n'ont pas de risque sanitaire dus aux inhalations. Mais la liste serait beaucoup trop longue et risquerait de "fatiguer" les cheminots qui une fois leur grève terminée reprendront leur travail tranquillement (pardon avec beaucoup de courage!), bien sûr pas sans avoir réclamé le paiement de leurs jours de grève me trompe-je?

Allez au boulot, on n'a rien sans rien

Brigitte

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu