Avertir le modérateur

16/11/2007

Alors là chapeau

Je lis à l'instant que la sncf et ratp assurent un trafic quasi normal pour le stade de France ce soir. Sur le RER B et D. Alors là chapeau!!! Sur cette ligne, nous n’avons absolument aucun moyen autre que l’auto et quatre heures de route pour aller à Paris. C’est un scandale de ne se bouger le cul que pour les fouteux!!! En clair, c’est le fric. Moi, lundi, si rien ne bouge, je casse le matos de gare et s'il faut des têtes et en décembre pas de sous donnés à la direction SNCF QUI NE PENSE VRAIMENT QU'AU FRIC et prend ses "usagers" pour de la m......

 

Entre deux wagons

Le métro ne part plus. Le conducteur descend de sa cabine pour obliger un jeune homme qui s’est mis entre deux wagons à redescendre sur le quai. Le ton monte, le jeune homme descend, le conducteur repart, le jeune homme retourne entre les deux wagons, le conducteur revient, le ton monte à nouveau, il redescend, le conducteur repart,  il remonte… 15 minutes plus tard, le métro est toujours à quai. Un groupe de jeune intervient et retient de force celui qui voulait monter entre les wagons, le métro quitte enfin la station Pigalle.

Les seuls à rire de ces scènes, c'est les touristes qui prennent en photo... 

«Il n'y a plus de place»

«Mais arrêtez de pousser. Il n’y a plus de place». 9h vendredi matin, ligne 2 direction porte Dauphine, les esprits s’échauffent au fur et à mesure que le métro entre dans des stations bondées.  C’est pire que jeudi: il y a plus de monde et les gens sont plus énervés. Il y a tellement de monde qu’à un moment je n’ai plus qu’un pied par terre.
 

Deux étudiantes contre l'égoïsme

Nous habitons une petite ville de province, dans le cadre de nos études et nous remarquons qu'avoir une vie normale (pouvoir se déplacer, rentrer chez nous le week-end...) devient un véritable parcours du combattant.

Eh oui nous sommes en province, on peut donc bien dépérir dans notre trou vu que la seule ligne passant par ici ne va pas vers Paris. En plus de nous heurter a des agents de la SNCF pour le moins antipathiques, nous devons faire face à l'impossibilité d'obtenir des informations sur les rares trains qui, éventuellement, pourraient nous ramener chez nous car bien sur l'information sur les trafics est indisponible!

Devant un énervement grandissant, à la vue des circonstances, nous allons sur le site de la SNCF pour lire leur article sur les "idées reçues", et là, comble de la mauvaise foi, ils ont le culot de nous dire qu'ils ne prennent pas les usagers en otage (d'autant plus que nous on y peut vraiment rien!) et que pour les grèves il y a infoligne... Super! Surtout qu'ils précisent que ça ne marche pas bien en se moment! Eh oui c'est toujours très efficace infoligne, surtout pour nous dire qu'il n'y a aucun train, ça palie bien à la grève!

Notons bien que dans notre cas c'est certes gênant mais pas dramatique contrairement à d'autres qui jouent leur emplois ou leurs avenir sur le bon vouloir des employés de la SNCF.
 
Je remercie donc les syndicats et les grévistes, pour leur capacité à ne pas rougir de tous les problèmes qu'ils engendrent! Merveilleux égoïsme!
 
Deux étudiantes.

Guerre sociale qui ne peut durer

Tous les indicateurs le montrent : sauf erreur ou événement particulier, cette grève ne peut pas durer dans le temps. Beaucoup d'agents ont comme référence le conflit social de 1995, or le conflit actuel n'a absolument aucun rapport avec celui que connut la France sous Alain Juppé. En effet avant même le premier jour, le principal syndicat (la CGT) faisait mine de bien vouloir engager des négociations, celui des conducteurs (la FGAAC) ayant quant à lui appelé à ne pas faire grève.

Aujourd'hui un certain nombre d'agents se demandent s'il est logique de continuer cette grève dans l'état actuel des choses alors que la table des négociations est ouverte. Une grève étant un constat d'échec, on se demande s'il ne serait pas plus intelligent, par respect pour les usagers, de faire une trève le temps des négociations et reprendre le cas échant ce  mouvement si celles-ci n'aboutissent pas. Evidemment l'intensité de ce genre de grève "saute mouton" a toute les chance de s'atténuer dans le temps.

Sur le terrain la faiblesse de la mobilisation s'en ressent. Les plans de prévision sont largement couverts par les agents non grêvistes, le bureau d'organisation du travail en temps de crise pouvant même se permettre de créer des trains supplémentaires sur des portions de ligne moins prioritaires.

Un conducteur de train (pour lire son blog cliquez ici

20 seconde

Devant le distributeur de "20 Minutes", ma femme et moi même prenons chacun son journal et nous nous faisons un rapide bisous car nos routes sont différentes.

Derrière, une dame: oh ca va! dégagez!

Moi: Soyons de bonne humeur, Madame (avec le sourire)

Dame: ca va ! tu me fais chier.

Moi: ravi d'avoir fait votre connaissance. (avec le sourire)

Dame: putain, tu me gonfle Connard

Moi: je vous souhaite une bonne journée Madame (avec le sourire)

Dame: tu me prends les couilles, du con

Moi: Elle est vraiment belle la langue française. (avec le sourire)

Fin de l'histoire

DenKam

15/11/2007

Témoignage d'un cheminot

Avant toute chose, il faut savoir que notre régime de retraite a été mis en place en 1938, à la création de la SNCF, en s'inspirant des régimes déjà en place dans les anciennes compagnies. En 1945, le gouvernement Français va créer ce qui va s'appeler le "régime général", le système de retraite par répartition actuel. La SNCF va conserver ce qui devient un "régime spécial" qui offre des avantages par rapport au régime général:
 
Pour partir en retraite avec un taux plein (au maximum), il faut cotiser 37,5 ans. Les conducteurs qui travaillent en horaires complètement décalés, ont des "bonifications" qui permettent de gagner 5 ans (cotisation de32,5 ans). Un cheminot peut toutefois partir en retraite:
- à 55 ans pour les agents sédentaires si ils ont au moins 25 ans de cotisation
- à 50 ans pour un conducteur (toujours si ils ont 25 ans de cotisation)
 
En partant à cet âge, ils ne sont toutefois pas au maximum de ce qu'ils peuvent espérer. Pour comparer avec le régime général, le taux de remplacement moyen (le montant de la retraite par rapport au dernier salaire) est de 64 % à la SNCF du fait qu'à 55 ans, la durée moyenne d'activité validée par les cheminots est de 32 ans. C'est ainsi qu'en 2001, les pensions moyennes attribuées aux retraités de droit direct étaient de 1 407 € à la SNCF et 1 590 € pour le régime de référence, soit un écart de 13 %.
 
Il faut savoir que la SNCF a la possibilité de mettre à la retraite d'office ses agents. Certains désirent continuer leur activité, ils ne le peuvent pas. Cette possibilité est très utile à la SNCF pour réduire ses effectifs, surtout dans les secteurs qu'elle restructure.
 
De plus il faut savoir que ce soit disant "avantage" est la contrepartie des contraintes du service public du travail jours et nuits, dimanches, jours fériés et pendant les vacances. Je vous assure qu'il est difficile le 24 décembre au soir de partir en laissant la famille, les amis et le repas de réveillon.

Cet "avantage" est aussi la contrepartie de salaires plus faibles, surtout les dimanche ou les nuits (les heures de "milieu de nuit" entre 0h30 et 4h30 donne droit à une majoration de ....0,20 euros. Oui, je dis bien 20 centimes d'euros). Ah, que nous aimerions être payés 50% de plus les dimanches et les nuits!
 
De plus, et je veux insister sur ce point jamais abordé par les médias, LES CHEMINOTS SE PAIENT LEURS AVANTAGES par une surcotisation de retraite. En effet, le taux de cotisation patronale à la SNCF atteint 28,44 % et est assis sur 87,3 % du salaire brut. Il est donc très supérieur à celui du régime général qui est de 14,18 % en moyenne.
 
Si je me paye ma maison avec un crédit de 15 ans avec de plus grosses mensualités, est-ce que je m'occupe de savoir si mon voisin se paye la sienne avec un crédit sur 25 ans? La situation est là même pour nos retraites, nous nous payons nos "avantages".
 
Alors, me direz vous, ou est le problème? Il y a plus de 100 régimes spéciaux, mais attaquer la SNCF est un symbole. Et à l'intérieur de la SNCF, ce sont surtout les conducteurs qui sont visés, eux qui on bien emm.... les précédents gouvernements (n'est-ce pas Juppé?). Il faut d'ailleurs noter que Sarko et le gouvernement ont bien matraqué leur message en répétant que cette réforme ce faisait "au nom de l'égalité". Quelle égalité? Vous voulez que la SNCF ferme le soir à 19h pour ouvrir à 6h00? Que tout s'arrête le vendredi soir et reprenne le lundi matin? Que nous fermions le 31 juillet au soir pour ouvrir le 01 septembre? Que tous les jours fériés le trafic s'arrête? Et si certains d'entre vous travaillent le dimanche, combien êtes-vous payés? Et la nuit?
 
Pourquoi ne pas attaquer certains régimes spéciaux VRAIMENT avantageux? Comme celui des députés et sénateurs, qui cotisent en moyenne deux fois plus, c'est vrai, mais pour toucher en moyenne SIX FOIS PLUS.
Voilà un lien pour le site WEB des régimes spéciaux. C'est le site officiel. Vous allez pouvoir comparez les différents régimes. Dans la colonne de gauche, essayez de cliquer (tout en bas) sur le régime du Sénat ou celui de l'Assemblée Nationale". Oh !!! Comme c'est étrange!! La page est vierge, "réservée"!!!!
 
Vous ne croyez pas qu'on nous prend - que l'on VOUS prend - pour des idiots? Et le régime des militaires qui, en plus, ont des emplois réservés une fois la retraite atteinte (qui peut intervenir au bout de 15 ans seulement)?
 
Ajoutons que notre présidente, Madame IDRAC, a déjà demandé au gouvernement la suppression de la "surcotisation". Au final, cette opération va coûter de l'argent au gouvernement, aux contribuables, A VOUS TOUS!!! Quel paradoxe !!
 
Le seul fait qui soit tangible, c'est le déséquilibre démographique de notre régime. Actuellement, il y a 1 actif pour 1,75 retraité. Ce déséquilibre démographique fortement négatif de la Caisse des retraites de la SNCF découle des restructurations massives, de la modernisation des techniques et des externalisations mais pas seulement. La politique volontariste de l'Etat dans les années soixante-dix pour favoriser le transport routier au détriment du rail (le fameux GRENELLE de l'environnement ne revient guère là dessus), est une des raisons de la dégradation du ratio démographique. De ce fait, les cheminots ne sauraient être tenus pour responsables de ce rapport défavorable qui est avant tout dû aux suppressions d'effectifs.
 
En 1983 la SNCF a été transformée en EPIC, Etablissement Public, Industriel et Commercial. C'est une entreprise dont le propriétaire est l'état, mais qui doit équilibrer ses comptes. A ce titre, nous ne sommes pas des fonctionnaires. Nous devons être "rentables". La politique de réduction d'emploi et de modernisation a donc continué. Et que penseriez vous si, aujourd'hui, la SNCF n'équilibrait pas ses comptes (et même, désormais, fait des bénéfices)? Nous en entendrions parler!!!
Je tiens d'ailleurs, à ce point de mon exposé, vous donner le lien qui va vous renvoyer sur le site de la SNCF qui répond aux fameuses idioties qui circulent sur la SNCF en ce moment (vous avez peut-être reçu ce fameux mail qui dénigre mon entreprise):
 
Donc, ce déficit démographique existe, mais il existera même si notre régime spécial est réformé. PIRE: la véritable conséquence sera que le déficit du régime de la SNCF sera transféré sur les comptes du régime de droit commun et qu'il ne sera plus supporté par l'Etat. Il est à noter qu'un récent rapport du "Conseil d'Orientation des Retraites" sur les régimes spéciaux estime que le notre va retrouver son équilibre vers 2015/2020, le nombre de retraités actuels diminuant.
 
Pour terminer, je peux vous affirmer qu'aucun de mes collègues et moi même n'allons faire grève de gaîté de coeur. C'est toujours un gâchis et une grosse perte d'argent. Je veux d'ailleurs en profiter pour affirmer haut et fort qu'AUCUN JOUR DE GREVE NE NOUS A JAMAIS ETE PAYE.
 
Par contre Si cette réforme consistait à supprimer un avantage évident, net, avéré et marqué en notre faveur, si une réforme globale était envisagée (les sénateurs, députés et autres), si cela correspondait à un effort de solidarité nationale, alors oui, la réforme nous l'accepterions, je l'accepterais.
Mais pourquoi la réforme ne touche t' elle pas:
- nos élus ?
- les stocks options (qui vont être royalement taxées à 2,5% pour le salarié) ?
- les parachutes dorés des grands dirigeants?
 
Pourquoi ne dit-on pas à la population que 70% des déficits proviennent des caisses des agriculteurs qui percoivent une retraite alors qu'ils n'ont jamais, ou très peu, cotisé? (ceci dit, la solidarité ne me dérange pas, mais qu'on vienne pas nous désigner à la vindicte populaire). Pourquoi Sarkozy s'augmente-t-il de 172% en s'alignant "par le haut" sur ses homologues étranger et sur le 1er ministre alors que les ouvriers doivent être alignés "par le bas"? Bref, vous l'aurez compris, la réforme de notre régime ne s'impose pas, il sert de bouc émissaire au gouvernement, et lui sert à dresser des salariés contre d'autres, c'est une revanche contre ces emm... de cheminots. Nous avons une haute idée du service public, de la sécurité, de la ponctualité, ceux qui sont venu avec moi en ligne ont pu juger. Nous y consacrons notre vie, et aussi, parfois, notre santé. Ne nous laissons pas dresser les uns contre les autres. Ne nous laissons pas raconter n'importe quoi. Nous sommes tous des ouvriers, des mecs qui bossons, qui n'avons pas des millions d'euros en bourse, qui produisons pourtant les richesses de ce pays. Alors oui, je vais faire grève, je m'excuse par avant de vous pourrir la vie pendant quelques jours, mais cette lutte, j'ai envie de la mener, je crois que je dois la mener.

Photo de la manif

Je me trouvais hier mardi 14 novembre dans la manifestation contre la réforme au départ de Montparnasse à Paris:
18f790302e1d857e7676cd2fd62534fe.jpg
 
74914410d1d71f420388d9ea76541f71.jpg
 
0ccedef3265286f480b66970c7846c0d.jpg
015c8ec22c8fc6c92fc1466f3c291e74.jpg
 
 Marine Cusa

Photo insolite

Métro chatelet, à Paris, ce 15 novembre 2007, jour de grève. Alors qu'il y a quelques policiers impuissants qui tentent de repousser les voyageurs à quai lors des montées-déscentes à chaque arrivée de métro, un homme a choisi de voyager debout sur les cables qui relient deux wagons de métro.

29121fda5524573d47b2ca21744a0627.jpg

 

Le jour le plus noir de ma vie

Je respecte le droit de grève, comprends les revendications... Mais les nôtres, celles des usagers, sont-elles entendues? La journée d'hier fut la plus noire de ma vie... et personne va manifester pour que justice soit rendu, je n'ai pas de syndicat qui va m'indemniser.

Je vis à Malesherbes, dernière station de la ligne D du RER. Depuis lundi, j'ai trouvé un emploi, un chouette emploi, à Corbeil Essonne. C'est à 70km de chez moi, mais je n'ai pas refusé le poste (je suis jeune... et les temps sont difficiles: je sors de 8 mois de chômage non indemnisé!). Et
grace au RER, j'y suis en 40min.

Je n'ai pas de permis, mais suis inscrite dans une auto école, elle aussi sur la ligne D, à la Ferté Allais. J'y travaillais avant. Au vu du coût du transfert de dossier, j'ai préféré rester inscrite là-bas, c'est direct en RER...

Malesherbes est une petite ville isolée, mais la ligne D permet à ses habitants de trouver des emplois, car ici nous n'avons pas d'entreprises qui recrutent, et peu d'autres moyens de locomotion.

Ce jeudi, je devais passer mon code de la route à 17h, après mon travail: Je n'ai pas pu me rendre au travail, pas de train. Je n'ai pas pu aller passer mon code, et ils ne me rembourseront pas les frais d'inscription.

Mon nouvel employeur a décidé ce jour de m'appeler pour me dire qu'il ne peut me garder: à cause de mon seul moyen de transport qu'est le RER et au vu de ce qui ce passe, il craint que mes retards soient fréquents... Il n'a pas prolongé ma période d'essai. Mon code, je ne peux par conséquent pas financer dans l'immédiat ma réinscription, n'ayant plus d'emploi.

Vraiment merci...

Grâce à vous qui militez pour garder vos privilèges de travailler jusqu'à 55 ans, moi je me bats pour travailler et vous ruinez mes chances... Et pour ma part il y a de fortes probabilités que je doive cotiser jusque mes 80 ans au train où c'est parti (sans mauvais jeu de mot)!

Qui paye ? c'est nous, usagers?

Qui va me rembourser ce que je viens de perdre? Vous n'en avez que faire Mesdames et Messieurs des transports. Votre confort prime sur la vie des autres. Et ce jeudi, moi je viens de gâcher une partie de la mienne…

Vanessa

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu