Avertir le modérateur

22/11/2007

Libérez le trafic!

Aujourd’hui 21 novembre, c’est le 8ème jour de grève; et nous sommes sans bonnes nouvelles des usagers de la SNCF que sont les Mathieu, Annabelle, Ingrid, Thierry, Remi, Olivier, Théo, pris en otage par une infime partie du monde du travail qui paralyse la France entière et son économie. Certes, les Jean, Eléonore, Robert, Oscar, Michel, Eliane ont pris leurs dispositions automobiles, covoiturage, nuit d’hôtel… Echappant ainsi aux filets rouges et jaunes des Sud Rail et autre CGT… Mais à quel prix pour l’environnement, voilà que ces mêmes partenaires sociaux présents, il y a si peu de temps, à la table du Grenelle de l’Environnement se permettent de provoquer des augmentations de oxyde d’azote, de dioxyde de carbone. Quelle abomination!

Mais ayons solennellement, une pensée pour ses usagers qui se lèvent tôt, détenus prisonniers des syndicats, chantres de ce terrorisme social, qu’ils imposent à tous.  Ah! Non! Messieurs les syndicalistes les usagers ne sont pas une monnaie d’échange et ils réclament le droit d’être non négociable.

Alors libérez les tous!

Libérez le trafic ferroviaire!

Jérôme

16/11/2007

Deux étudiantes contre l'égoïsme

Nous habitons une petite ville de province, dans le cadre de nos études et nous remarquons qu'avoir une vie normale (pouvoir se déplacer, rentrer chez nous le week-end...) devient un véritable parcours du combattant.

Eh oui nous sommes en province, on peut donc bien dépérir dans notre trou vu que la seule ligne passant par ici ne va pas vers Paris. En plus de nous heurter a des agents de la SNCF pour le moins antipathiques, nous devons faire face à l'impossibilité d'obtenir des informations sur les rares trains qui, éventuellement, pourraient nous ramener chez nous car bien sur l'information sur les trafics est indisponible!

Devant un énervement grandissant, à la vue des circonstances, nous allons sur le site de la SNCF pour lire leur article sur les "idées reçues", et là, comble de la mauvaise foi, ils ont le culot de nous dire qu'ils ne prennent pas les usagers en otage (d'autant plus que nous on y peut vraiment rien!) et que pour les grèves il y a infoligne... Super! Surtout qu'ils précisent que ça ne marche pas bien en se moment! Eh oui c'est toujours très efficace infoligne, surtout pour nous dire qu'il n'y a aucun train, ça palie bien à la grève!

Notons bien que dans notre cas c'est certes gênant mais pas dramatique contrairement à d'autres qui jouent leur emplois ou leurs avenir sur le bon vouloir des employés de la SNCF.
 
Je remercie donc les syndicats et les grévistes, pour leur capacité à ne pas rougir de tous les problèmes qu'ils engendrent! Merveilleux égoïsme!
 
Deux étudiantes.

Guerre sociale qui ne peut durer

Tous les indicateurs le montrent : sauf erreur ou événement particulier, cette grève ne peut pas durer dans le temps. Beaucoup d'agents ont comme référence le conflit social de 1995, or le conflit actuel n'a absolument aucun rapport avec celui que connut la France sous Alain Juppé. En effet avant même le premier jour, le principal syndicat (la CGT) faisait mine de bien vouloir engager des négociations, celui des conducteurs (la FGAAC) ayant quant à lui appelé à ne pas faire grève.

Aujourd'hui un certain nombre d'agents se demandent s'il est logique de continuer cette grève dans l'état actuel des choses alors que la table des négociations est ouverte. Une grève étant un constat d'échec, on se demande s'il ne serait pas plus intelligent, par respect pour les usagers, de faire une trève le temps des négociations et reprendre le cas échant ce  mouvement si celles-ci n'aboutissent pas. Evidemment l'intensité de ce genre de grève "saute mouton" a toute les chance de s'atténuer dans le temps.

Sur le terrain la faiblesse de la mobilisation s'en ressent. Les plans de prévision sont largement couverts par les agents non grêvistes, le bureau d'organisation du travail en temps de crise pouvant même se permettre de créer des trains supplémentaires sur des portions de ligne moins prioritaires.

Un conducteur de train (pour lire son blog cliquez ici

15/11/2007

La grève vue par une recruteuse

Bonjour à tous et à toutes,

Aujourd'hui, j'ai envie de parler de la prise d'otages des Parisiens par les "fonctionnaires" des transports publics... J'ai le sentiment très désagréable que nosu sommes pris en otage par des gens qui ne savent pas ou ne veulent pas négocier !
C'est très désagréable, dans les autres pays, la grève est utilisée en dernier recours quand les négociations ont échouées. En France, on dépose un préavis de grève, on attend et la négociation commence en même temps que la grève.... je ne veux pas me prononcer sur la ou les raisons de la grève, je juge le procédé, la manière de faire...
En attendant, les candidats qui tentent de venir nous rencontrer au cabinet, y arrivent tant bien que mal et je veux les remercier de leur efforts.
Nos clients ont beaucoup travaillé à partir de chez eux quand ils ne pouvaient pas aller à leur bureau et je dis, Merci aux outils de mobilité.
Mes collaborateurs marchent ou pédalent mais ils ne se sont pas laissés faire par cette prise d'otages et je les en remercie.
J'aimerais bien entendre les représentants des syndicats, qui même si ils ont obtenus des avancées, reconduisent la grève au cas où.... et qu'en pensent les autres pays quand ils voient la France engluée dans ses problèmes de grèves à répétition.
Comme vous le savez la grève n'est pas finie, mais une nouvelle grève démarre mardi 20, pour les parents d'enfants scolarisés, les écoles seront fermées.... il faudra encore faire appel au système D !

Vous, comment vivez vous ces grève? Que ressentez vous devant cette pratique, à quand un service minimum?

Hymane Ben Aoun, recruteuse (pour lire son blog, cliquez ici)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu