Avertir le modérateur

19/11/2007

Grâce à vous c'est mon dernier jour de boulot

Ce matin, mon responsable pour qui je bosse depuis deux mois en intérim (à l'origine pour une pré embauche) m'a convoquée dans son bureau pour m'annoncer que je ne serai pas renouveler. «Je n'ai rien contre votre travail, mais les absences répétées de ces derniers jours, même si elles ne sont pas de votre fait, nous coûtent énormément... nous avons décidé de prendre une personne habitant paris intra muros…»

Eh oui messieurs les cheminots j'habite en banlieue, et je ne peux pas me rendre à Paris pour aller bosser, ou sinon très en retard. Grâce à vous c'est mon dernier jour de boulot, grâce à vous je continue à être précaire alors que l'on me proposait une pré embauche... Qu'allez vous faire pour moi aujourd'hui? Allez vous être solidaire de «moi»… Allez vous m'aider? Je suis écoeurée, je suis dégoûtée... Mais ça vous vous en fichez... Qu'est ce que je vais devenir? Vous vous en foutez de ça également… J'ai la haine, je vous hais... je n'ai plus de boulot. Dois-je vous dire merci au nom de votre pseudo solidarité?

15/11/2007

Le jour le plus noir de ma vie

Je respecte le droit de grève, comprends les revendications... Mais les nôtres, celles des usagers, sont-elles entendues? La journée d'hier fut la plus noire de ma vie... et personne va manifester pour que justice soit rendu, je n'ai pas de syndicat qui va m'indemniser.

Je vis à Malesherbes, dernière station de la ligne D du RER. Depuis lundi, j'ai trouvé un emploi, un chouette emploi, à Corbeil Essonne. C'est à 70km de chez moi, mais je n'ai pas refusé le poste (je suis jeune... et les temps sont difficiles: je sors de 8 mois de chômage non indemnisé!). Et
grace au RER, j'y suis en 40min.

Je n'ai pas de permis, mais suis inscrite dans une auto école, elle aussi sur la ligne D, à la Ferté Allais. J'y travaillais avant. Au vu du coût du transfert de dossier, j'ai préféré rester inscrite là-bas, c'est direct en RER...

Malesherbes est une petite ville isolée, mais la ligne D permet à ses habitants de trouver des emplois, car ici nous n'avons pas d'entreprises qui recrutent, et peu d'autres moyens de locomotion.

Ce jeudi, je devais passer mon code de la route à 17h, après mon travail: Je n'ai pas pu me rendre au travail, pas de train. Je n'ai pas pu aller passer mon code, et ils ne me rembourseront pas les frais d'inscription.

Mon nouvel employeur a décidé ce jour de m'appeler pour me dire qu'il ne peut me garder: à cause de mon seul moyen de transport qu'est le RER et au vu de ce qui ce passe, il craint que mes retards soient fréquents... Il n'a pas prolongé ma période d'essai. Mon code, je ne peux par conséquent pas financer dans l'immédiat ma réinscription, n'ayant plus d'emploi.

Vraiment merci...

Grâce à vous qui militez pour garder vos privilèges de travailler jusqu'à 55 ans, moi je me bats pour travailler et vous ruinez mes chances... Et pour ma part il y a de fortes probabilités que je doive cotiser jusque mes 80 ans au train où c'est parti (sans mauvais jeu de mot)!

Qui paye ? c'est nous, usagers?

Qui va me rembourser ce que je viens de perdre? Vous n'en avez que faire Mesdames et Messieurs des transports. Votre confort prime sur la vie des autres. Et ce jeudi, moi je viens de gâcher une partie de la mienne…

Vanessa

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu